© 2015 - 2018 by MEDICS Laboratory, CERVO Research Center, U. Laval, Quebec City, QC

ABOUT US

CDIP Goals and history

The goal of the Canadian Dementia Imaging Protocol (CDIP) is to harmonize magnetic resonance imaging acquisitions in the context of studying primary and secondary causes of morbidity of neurodegeneration. The CDIP updates previous protocols, taking into account the capacity of new generation devices and advancements in magnetic resonance imaging techniques. We have deployed this standardized protocol on multiple platforms in the Canadian research context, as well as at international partners sites that wished to join our efforts.

The protocol was developed in 2013 by a group of researchers, physicists and medical specialists, based on the ADNI methodology. The protocol was developed to cover a wide range of neurological pathologies related to aging. The protocol is applicable to both research and clinical settings.

 

To achieve this, the CDIP is compressed to fit within a 45-minutes window, and consists of six sequences arranged in three blocs: anatomical imaging (T1-3D), pathological (FLAIR, Dual T2/PD, T2*) and connectivity (task-free fMRI and DTI). By integrating into the protocol the latest advances in neuroimaging, CDIP wants to push the use of these technologies to demonstrate their utility in the differential diagnosis of dementias and democratize their use in clinical settings.

The multicentric aspect represents a major challenge for the standardization of data. In collaboration with several experts in magnetic resonance imaging, the CDIP was tested several times on different magnetic resonance devices to minimize inter-manufacturer variations. The published protocol therefore includes versions adapted for scanners manufactured by GE Healthcare, Philips Medical and Siemens Medical Systems.

Before even acquiring images, a site wishing to use the CDIP is strongly encouraged to follow its qualification procedure, which consists of two parts: the first is the acquisition of images of a geometric LEGO DUPLO™ phantom and of a human volunteer. These images are then reviewed for apparatus abnormalities. When both tests are successful and no major faults are demonstrated, the site is "CDIP approved". In order to ensure quality control, it is recommended that each site produce monthly data on the stability of its device via the acquisition of geometric phantom images, and similar annual or semi-annual data based on the human volunteer.

Above and beyond being a magnetic resonance imaging protocol, the CDIP is intended as a guide to good practice for all studies seeking to collaborate in a multicentric context. The multicentric aspect requires a strong structure in order to limit intrinsic biases of this practice. Thanks to its structure of data standardization, quality control and quality assurance, the CDIP ensures greater validity, reproducibility and reliability of the data acquired.

Buts et historique du PCID

 

Le but du protocole canadian d'imagerie de la démence (PCID) est d'harmonizer l'acquisition d'images par résonance magnétique dans les études visant à découvrir les causes primaires et secondaires de neurodégénération. Nous avons créé un protocole à l'état de l'art, prenant en compte la capacité des appareils de nouvelle génération et l’avancement dans les techniques d’acquisition d’imagerie par résonance magnétique.​

Le protocole fut créé en 2013 par un regroupement canadien de chercheurs, physiciens et de médecins spécialistes, inspirés de la méthodologie du projet multicentrique ADNILe protocole a été élaboré afin de couvrir un large éventail de pathologies neurologiques en lien avec le vieillissement. Le PCID s'est donné comme mission de bâtir ce protocole, applicable tant dans un milieu de recherche que clinique.

 

Pour ce faire, le PCID est conscrit à l’intérieur d'une période de 45 minutes et composé de six séquences, en trois blocs ; imagerie anatomique (T1-3D), pathologique (Flair, Dual T2/PD, T2*) et de connectivité (IRM au repos et DTI). En intégrant les dernières avancées en neuro-imagerie, le PCID souhaite pousser l’utilisation de ces technologies afin de démontrer leurs utilités dans le diagnostic différentiel et de démocratiser leurs utilisations dans les milieux cliniques. 

L’aspect multicentrique représente un défi de taille pour la standardisation des données. En collaboration avec plusieurs experts en imagerie par résonance magnétique, PCID a été testé à plusieurs reprises, sur différents appareils de résonance magnétique, afin de minimiser les variations inter-fabricants. Le protocole publié comprend donc des versions adaptées pour GE Healthcare, Philips Medical Systems et Siemens Medical. 

Avant même de faire l’acquisition d’images, un site voulant utiliser PCID est fortement encouragé à suivre la procédure de qualification. Cette procédure comprend deux volets soit l’acquisition d’images d’un fantôme humain et du fantôme LEGO. Ces images sont ensuite analysées afin de dénoter les anormalités de l’appareil. Lorsque les deux tests sont concluants et qu’aucune défaillance majeure n’est démontrée, le site est approuvé PCID. Afin d'assurer un contrôle de la qualité, chaque site voulant intégrer le consortium doit produire mensuellement des données sur la stabilité de son appareil via l’acquisition d’images du fantôme. 

Au-delà d’un protocole d’imagerie par résonance magnétique, le PCID se veut un guide de bonnes pratiques pour toutes études cherchant à collaborer dans un contexte multicentrique. L’aspect multicentrique requiert une structure forte afin de limiter les biais intrinsèques de cette pratique. De par sa structure de standardisation des données, de contrôle de la qualité et d’assurance qualité, le PCID s’assure ainsi d’une plus grande validité, reproductibilité et fiabilité des données acquises.